Le véritable problème avec l'huile de palme - EcoBuddhism
huile de palme

Le véritable problème avec l’huile de palme

Le palmier à huile est tristement célèbre pour l’huile que ses fruits produisent, ces arbres consommant les campagnes et les forêts tropicales d’Indonésie et de Malaisie à un rythme effarant.

Et cette gigantesque entreprise de transformation vise à satisfaire la demande des pays occidentaux non enclins à opter pour des alternatives plus coûteuses pour la productions de leurs consommables industriels.

Si vous regardez bien, l’huile de palme est partout, même quand l’étiquette ne l’indique pas clairement, elle peut souvent se cacher sous des pseudonymes sournois.

L’omniprésence de l’huile de palme est devenue une question tellement brûlante que l’Union européenne a décidé d’interdire les subventions à l’huile de palme dans les biocarburants d’ici 2020.

Cette huile est entourée de controverse et de scepticisme, mais son impact environnemental justifie t-il ces mesures drastiques ?

Deuxième question que l’on peut se poser : est-ce que le fait de boycotter ou interdire l’huile de palme est une solution raisonnable ?

En matière de déforestation la palme revient à…

plantation palmiers à huile
De jolis petits palmiers tout bien alignés

Alors que l’huile de palme finit généralement son cycles dans les produits d’Europe ou d’Etats-Unis, sa dévastation environnementale est plutôt enracinée en Indonésie et en Malaisie.

Ensemble, l’Indonésie et la Malaisie satisfont 90% de la demande mondiale d’huile de palme.

Grâce à un mélange de petits propriétaires de terrains locaux et de grandes entreprises, les terres rurales ont été transformées en une véritable usine de monoculture du palmier à huile.

Selon une analyse, de 1990 à 2010, 9,6 millions d’hectares de terres ont été convertis en exploitations industrielles de palmiers à huile en Indonésie, en Malaisie et en Papouasie Nouvelle-Guinée.

Cela dit, la composition des terres avant la conversion variait considérablement et, par conséquent, les impacts environnementaux de cette transformation massive des terres sont contextuels.

Une étude menée par Forest Watch Indonesia affirme que même si une partie de cette déforestation est sanctionnée par le gouvernement, près de 50 % de la perte naturelle de forêts se situe en dehors des terres délimitées pour l’exploitation ou la production.

Et c’est cet acte de transformer rapidement les terres forestières en zones de palmiers à huile en rangs d’oignons qui a conduit à un retour de bâton contre les produits à base d’huile de palme.

Non seulement la perte de la forêt pluviale implique une perte subséquente de la capacité d’absorption de grandes quantités de carbone, mais elle signifie également la destruction d’habitats.

Et souvent, la façon la plus facile et la moins chère de dégager de grandes étendues de forêt pour la production est de les brûler. Dans le cas des arbres, cela aggrave l’effet nocif sur l’environnement en libérant de grandes quantités de carbone dans l’atmosphère par la fumée.

Une autre étude revue par des pairs sur la déforestation du palmier à huile a révélé qu’entre 1990 et 2010, les émissions nettes de dioxyde de carbone dues aux changements d’affectation relatifs aux plantations de palmiers à huile sont passées de 92 à 184 Teragrammes de dioxyde de carbone par an en Indonésie, Malaisie et Papouasie Nouvelle Guinée.

C’est une augmentation qui équivaut à plus de 36 800 piscines olympiques de dioxyde de carbone supplémentaires par an.

La fin programmée des tourbières ?

tourbières
Véritables poumons du monde, les tourbières (ici on voit la forêt tropicale ombrophile de Sumatra en Indonésie) sont des zones où le sol caractérisé est très riche en matière organique.

Outre la déforestation des forêts primaires et des forêts pluviales, l’assèchement et le brûlage des tourbières (i.e des zones humides caractérisées par l’accumulation progressive de la tourbe, un sol à très forte teneur en matière organique, peu ou pas décomposée, d’origine végétale) en Asie du Sud-Est ont causé d’énormes problèmes pour l’environnement et l’atmosphère.

Les tourbières agissent comme des éponges pour le dioxyde de carbone : elles absorbent et stockent de grandes quantités de CO2 dans leur environnement gorgé d’eau et pauvre en oxygène.

Mais lorsque les producteurs d’huile de palme drainent ces marécages et brûlent le feuillage restant pour établir leurs cultures, cette séquestration de carbone inverse et libère tout le carbone dans l’atmosphère.

Selon une étude publiée dans Frontiers in Ecology and the Environment, les tourbières de l’Asie du Sud-Est pourraient disparaître d’ici 2030 si le rythme de la culture du palmier à huile se poursuit à ce train.

Tout le paradoxe de l’huile de palme

Ironiquement, l’un des principaux moteurs de cette prolifération effrénée des plantations de palmiers à huile en Asie du Sud-Est est la volonté de produire des biocarburants durables en Europe….

Ou plutôt c’était jusqu’à très récemment.

L’Europe a longtemps cherché à remplacer son carburant diesel lourd à émissions élevées par quelque chose d’un peu plus “propre”.

Leur solution était les biocarburants, au premier rang desquels figurait l’huile de palme. Bien que les voitures de l’UE aient semblé moins polluantes avec les biocarburants utilisés, les véritables conséquences de leur prétendu écologisme se trouvent à l’autre bout du monde dans des forêts rasées et des tourbières brûlées.

Par conséquent, leur initiative en matière de carburant durable n’était pas vraiment durable du tout.

En conséquence, la Commission européenne a interdit les subventions aux biocarburants pour l’huile de palme en mars 2019.

Bien qu’il s’agisse d’un pas en avant pour ralentir le boom des plantations de palmiers à huile sur brûlis en Asie du Sud-Est, cela signifie aussi un coup dur pour les petits exploitants agricoles qui dépendent de l’industrie de l’huile de palme en expansion.

The Guardian a interviewé Hussain Mohamed, un producteur de palmiers à huile de 66 ans, qui a dénoncé le choix de l’UE de réduire sa consommation de biocarburants à base d’huile de palme.

J’ai dépensé tout mon argent dans la ferme d’huile de palme, j’ai récemment planté de nouveaux arbres qui vont durer 25 ans, et toute ma famille en dépend. C’est comme ça que mes enfants ont les moyens d’étudier.

Ainsi, bien que les petits agriculteurs indépendants ne représentent qu’une partie de la production d’huile de palme (le reste appartenant à des sociétés beaucoup plus grandes), cette décision pourrait améliorer leurs moyens de subsistance.

Dans un sens, la volte-face de l’UE sur l’huile de palme a créé un processus de prospérité et de récession pour les petits agriculteurs qui ont investi leur avenir dans les plantations de palmiers à huile.

Que faire alors ?

Producteurs huile de palme
A l’heure où l’europe s’apprête à Boycotter l’huile de palme, l’avenir de nombreux petits producteur se retrouvent menacés

Le point ici est le suivant : la production d’huile de palme est en effet liée à des pratiques nuisibles à l’environnement comme la coupe des forêts tropicales humides et le drainage/brûlage des tourbières, et pour cette raison, notre consommation mondiale d’huile de palme doit être réduite au minimum ou au moins conduite dans un modèle plus lent et plus durable qui considère l’impact environnemental des utilisations des terres avant de détruire les forêts bénéficiaires.

Cependant, s’extraire de ce processus est une question complexe qui peut avoir des conséquences négatives sur les producteurs indépendants et les travailleurs salariés qui dépendent maintenant de l’industrie de production d’huile de palme en Asie du Sud-Est.

En tant que principaux consommateurs de cette huile, en Europe, nous en avons stimulé la demande et, en fin de compte, nous sommes responsables du rythme effréné de la production en Indonésie et en Malaisie.

Par conséquent, l’interdiction pure et simple de l’huile de palme ne suffit pas.

Dans une déclaration officielle, le Fonds mondial pour la nature affirme qu’au lieu de boycotter, travailler de l’intérieur pour établir de meilleures pratiques environnementales pour les producteurs de palmiers à huile est la meilleure voie à suivre.

Il y a certainement du vrai dans cette affirmation, parce que lorsqu’elle est bien faite, l’huile de palme peut présenter le meilleur rendement en termes de quantité d’huile par hectare de terre, et si les pays occidentaux diminuent drastiquement leur demande d’huile de palme, cela pourrait entraîner un désastre pour beaucoup qui dépendent maintenant d’une soif occidentale pour cette huile.

En fin de compte, l’industrie de l’huile de palme est maintenant aux caprices de pays économiquement et politiquement puissants et n’est qu’une des nombreuses industries qui sacrifient la santé environnementale et le bien-être des communautés pauvres et marginalisées à la recherche du profit.

Les problèmes de l’industrie de l’huile de palme sont les symptômes d’un problème beaucoup plus vaste : il y a des pays qui dictent les économies mondiales.

Et ces pays n’opèrent pas selon une éthique de protection de l’environnement ou de protection sociale, mais plutôt selon une éthique de domination et d’exploitation, ce qui n’a bien sûr rien de nouveau.

Retour haut de page