Comment la dégradation des sols nous nuit à tous. - EcoBuddhism
dégradation des sols

Comment la dégradation des sols nous nuit à tous.

Notre sol se meurt, mais nous avons davantage tendance à nous concentrer sur des questions comme les combustibles fossiles ou l’eau dans notre lutte pour le climat plutôt que sur la question de la qualité de nos sols…

Pourtant, il faut en moyenne 500 ans pour construire naturellement 3cm de terre végétale.

Bien que la dégradation du sol puisse être causée par plusieurs facteurs naturels comme le vent ou les innondations, ce sont bien les activités humaines qui jouent le plus de nos jours, avec bien entendu l’agriculture moderne en tête des facteurs qui fait chuter la santé des sols.

Qu’est-ce qu’un sol en pleine santé ?

sol sain

Un sol en pleine santé est généralement un sol rempli de vie.

Le “Earth Institute” de Columbia University estime par exemple que 410kg de sol peuvent contenir jusqu’à un hectare de lombrics, 1090kg de champignons, 680kg de bactéries, 60kg de protozoaires, 400kg d’arthropodes, 400kg d’arthropodes et même parfois de petits mammifères…

Lorsque la santé des sols est affectée, ce système biodiversifié s’affaiblit.

Qu’est ce qui cause la dégradation de nos sols ?

dégradation des sols
Bien que la qualité des sols puisse être altérer par des facteurs naturels, les causes humaines sont de loin les pires.

Le taux de “perte des sols” a considérablement augmenté ces 200 dernières années du fait du développement agricole moderne.

Dans une grande étude parue sur l’économie de l’érosion et de la conservation des sols, il a été estimé qu’aux États-Unis par exemple, le sol a subit en moyenne 17 fois plus de perte que de renouveau.

Nous pouvons attribuer une partie de la perte des sols à la culture intensive et à la monoculture.

En effet, lorsque l’on travaille un champ et retournons un champ pour préparer la prochaine saison de culture en utilisant de grandes moissonneuses-batteuses, la terre est détruite de la même manière que l’on détruit les habitats lorsque l’on rase une forêt.

Quand on retourne ainsi la terre d’un champ, on brise sa composition, et ce faisant, on compacte le sol et tue la richesse en micro-organismes.

Le résultat de nombreuses années de pratiques de culture industrielle est que la couche arable se retrouve sans vie et doit ensuite être injectée d’engrais et de produits chimiques chargés d’éléments nutritifs qui, à leur tour, modifient la composition chimique du sol et rendent sa survie encore plus difficile pour les organismes essentiels !

Le serpent qui se mord la queue en sommes.

Cultiver le sol entraînera toujours le déclin de sa fertilité et de sa santé et l’utilisation continue de la culture intensive au cours du siècle dernier a plongé les pays industriels dans une crise du sol.

En quoi cela nous concerne tous ?

carte dégradation sols
Carte mondiale de la dégradation de nos sols

Alors pourquoi la dégradation de la couche arable a-t-elle de l’importance et des répercussions sur nous ?

Un sol sain est, comme vous pouvez vous en douter, la base pour des plantes saines, cruciales pour notre survie.

En dégradant continuellement la structure et la qualité du sol pour extraire de grandes quantités de maïs et de soja comme on le fait depuis des années, nous rendons la culture des nutriments plus difficile pour les années à venir.

A l’heure actuelle, près de 33 % des sols du monde sont modérément ou fortement dégradés, selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, et si l’on considère que les sols peuvent stocker près de trois fois plus de carbone que les forêts et d’autres végétaux, ce qui pourrait entraver notre incapacité à atténuer le changement climatique…

Pour stopper ce processus, nous devons reconsidérer la façon dont nous abordons l’agriculture.

La même étude sur l’économie de l’érosion et de la conservation des sols (lien en début d’article) soutient que la lutte contre l’érosion des sols coûterait environ 8,4 milliards de dollars par an.

C’est beaucoup, mais étant donné que l’érosion cause chaque année 44 milliards de dollars de dommages…cela parait incroyable que l’on passe si peu à l’action.

Alors oui, les pratiques agricoles industrielles fournissent beaucoup d’aliments, mais lorsque nous tenons compte des effets négatifs à long terme et le fait que notre système alimentaire repose maintenant en grande partie sur quelques monocultures, on peut se demander si ses avantages en valent vraiment la peine.

Nous sommes directement dépendant de la qualité des sols pour nous nourrir correctement et protéger notre environnement, nous ne pouvons plus continuer à la détruire.

Retour haut de page