Débuter son potager en permaculture : nos meilleurs conseils - EcoBuddhism
commencer un potager en permaculture

Débuter son potager en permaculture : nos meilleurs conseils

Comment se faire plaisir en famille en mangeant sainement de bons légumes cultivés par nos propres soins, et ce, tout en prenant grand soin de l’écosystème et de la biodiversité locale ?

Tout simplement en s’adaptant à un mode d’agriculture fondé sur les principes de développement durable.

C’est la définition même de la permaculture, qui est une agriculture qui consiste à produire, en imitant la manière de fonctionner des écosystèmes naturels.

Mais pas de quoi s’affoler, car, derrière ces grands mots, se cache juste une façon de pratiquer le jardinage de manière simple et 100 % naturelle.

Prendre soin de son sol

Pour démarrer votre potager en permaculture, il faut, dans un premier temps, observer avec attention votre environnement.

De fait, il vous faudra donc vérifier l’état de votre terre, pour vous assurer de sa composition. Ainsi, en creusant un simple trou à l’endroit du futur potager, vous allez constater l’état de la terre retournée.

Et plus celle-ci sera foncée et parfumée d’une odeur rappelant celle du bois, plus vous aurez des chances qu’elle soit de bonne qualité.

Ensuite, vous pourrez réaliser un test des plus simples, pour confirmer ou pas la bonne qualité de votre sol, en prenant de cette terre aux creux de vos mains et en la malaxant.

Si elle devient une boule apparentée à une pâte à tarte et qu’elle ne s’effrite pas, ce sera encore un très bon signe.

LIRE  Plante grasse : top 10 des plantes succulentes à posséder (+ conseils entretien)

Mais, si dans le cas contraire, votre terre était claire, friable et qu’elle dégage une mauvaise odeur, alors il vous faudra la nourrir et lui apporter les fertilisants nécessaires à une culture saine et abondante.

Préparez et nourrir son sol

Après vous être assuré que l’emplacement choisi pour installer votre potager soit bien ensoleillé, mais aussi à l’abri des vents qui fouettent régulièrement votre région, il va donc falloir préparer votre sol.

Contrairement aux idées reçues, pas besoin de retourner entièrement la terre, mais uniquement d’utiliser un outil adéquat tel un croc forgé ou une grelinette, et de planter les piques de ce dernier dans le sol, afin de l’aérer.

Après l’avoir bien tondu s’il était envahi d’herbes folles, il faudra répandre sur votre sol du fumier et du compost, puis y déverser de la paille ou du carton déchiré en petits bouts.

Un bon conseil pour avoir le sol le plus mûr à être investi, est de le laisser reposer ainsi quelques mois afin qu’il redevienne le plus fertile possible.

Le choix de vos plants et semis

Le plus primordial à cette étape est de choisir des plants et des graines certifiées bio, mais aussi reproductibles.

C’est la raison pour laquelle il ne faut pas se servir dans les supermarchés du jardinage, mais bel et bien chez des maraîchers spécialisés dans le bio, ou chez des professionnels des graines et semences en tous genres.

Certains fruits et légumes aiment à se retrouver aux côtés d’autres avec qui ils ont des affinités qu’il vous faudra respecter, car ils s’aident entre eux à mieux se développer.

LIRE  CBD : quels sont les effets positifs de cette molécule naturelle sur le corps

Ainsi choux, concombres et herbes aromatiques sont de très bons compagnons de la tomate, il faudra donc en tenir compte au moment de planter les godets ou de semer les graines.

Il vous faudra aussi veiller à bien les espacer pour que chacun des plants ait la place de se développer au mieux. Certains anticipent le moment de la plantation en confectionnant des plans sur papier avant de passer à l’étape importante de la mise en terre.

L’entretien de votre potager permaculture

Après avoir planté ou semé au début de la belle saison, qui varie de quelques mois suivant les régions, l’entretien sera surtout de la surveillance et de l’arrosage régulier.

Il faudra surtout veiller à ce que les plantes n’aient pas besoin de l’apport de tuteurs durant leur croissance.

C’est le cas par exemple avec les plants de tomate qui, après quelques mois, prennent une certaine hauteur. Il faudra donc les aider à tenir debout, pour être toujours le plus possible face au soleil. Mais il faudra aussi veiller à ce que les nuisibles ne viennent pas investir vos plantations car ils y causeraient bien des dégâts.

On parle ici de permaculture, et donc de culture 100% bio et naturelle, il est donc hors de question d’utiliser un quelconque pesticide qui viendrait gâcher toutes vos dernières actions. Alors, pour chasser les insectes nuisibles et autres néfastes maladies de votre potager, il vous faudra utiliser les bonnes vieilles recettes d’antan, qui restent efficaces et sur le long terme.

Ainsi, du marc de café pourra être déversé aux abords de votre jardin, car beaucoup de nuisibles en détestent l’odeur.

LIRE  Le cannabis d'intérieur, une culture loin d'être écolo...

Mais vous pouvez aussi inonder vos sols de savon noir, de lavande écrasée ou de jus de citron, les fourmis ont en horreur ces odeurs fortes.

Pour ce qui est de l’arrosage, il faudra toujours l’exécuter en douceur et s’assurer que tout est bien humidifié sans être noyé. Voilà pour le travail à effectuer en attendant l’heure des premières récoltes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page